Hydrogommage, haute pression, décoloration ... Les différentes techniques.

LES PRINCIPALES TECHNIQUES DE LUTTE ANTI-GRAFFITI

Chaque intervention nécessite un nettoyage adapté selon le type de dégradation,
HTP a identifié 7 typologies et méthodes d’enlèvement

L'hydrogommage

L'hydrogommage consiste à pulvériser à faible pression (0,5 à 3 Bar), avec un mouvement tourbillonnant, une poudre plus tendre que le support. Il convient particulièrement pour des supports minéraux comme la pierre, le béton, la brique, ainsi que dans certains cas en direct sur la peinture ou sur le bois. (l'hydrogommage est parfois appellé aéro-gommage)

Le recouvrement

Consiste à estomper le graffiti avec un solvant ou un décolorant puis à recouvrir le pan de mur, préalablement délimité, à l’aide d’une peinture à fort pouvoir couvrant et à séchage rapide (afin d’éviter des « remontées » de spectres). Cette peinture est mise à la teinte à l’aide de solutions « mères » et de bases à teinter. Convient particulièrement pour des supports couverts de peintures anciennes.

La solubilisation

Consiste à utiliser des solvants à fort ou faible pouvoir solvateur.
Convient particulièrement pour des supports dits inertes, c’est-à-dire insensibles aux solvants de nettoyage (métal, certains plastiques traités antigraffiti).

La décoloration

Utilisation d’agents décolorants dans le cas de graffitis générés par des feutres.

Le décapage

Consiste à étaler sur un support minéral un décapant.
Biodégradable, le laisser agir un certain temps et le rincer abondamment à l’eau. Convient particulièrement pour des supports comme l’acier galvanisé, l’aluminium, le verre, les carrelages.

Haute pression

Consiste à pulvériser de l’eau chaude (jusqu’à 110°) sous pression jusqu'à 200 bar. Convient particulièrement pour le décollage des affiches.

Enlèvement mécanique

Utilisation de grattoirs, de scotch brites et brosses de différentes duretés. Convient particulièrement pour l’enlèvement des petits autocollants.